amzoukhsane.blog4ever.com

amzoukhsane.blog4ever.com

PROMETHEE LE GREC EN TERRE AMAZIGHE

Histoires de feu dérobé : passerelle pour une  
traversée de l'Olympe à l'Atlas

 

Annick Zennaki  
Kebili Décembre 2010

 

 

Un  savoir-faire  préhistorique,  le  transport  du  feu,  servi  par  un  
végétal  biotopique  des  rivages  méditerranéens,  la  férule,  a  
fécondé  de  façon  originale  l'imaginaire  des  peuples  vivant  dans  
ces régions. Le "vol du feu", en effet, apparaît dans  la  littérature  
écrite  sur  les  côtes  d'Asie Mineure  au  8ème  siècle  avant  Jésus-
Christ, relaté par le poète Hésiode, en langue grecque. Par la suite,  
la mémoire  collective,  soutenue  par  la  survivance  endémique de  
cette  technique  (encore  pratiquée  en  Corse),  garde  le  souvenir  
vivant du mythe ancien qui réapparaît, sous forme épique, dans la  
littérature orale tamazight du Moyen Atlas marocain, chez les Aït  
Sadden,  2700  ans  plus  tard,  dans  un  contexte  culturel  très  
différent.

 

 
C’est  l’évidence :  de  l’Olympe  antique  à  l’Atlas  actuel,  société,  
langue,  culture,  religion,  tout  diffère.  Et  pourtant,  le  fil  de  la   
« parole  menteuse »  qui  plaît  aux  hommes,  « muthos »  s’est  
déroulé  bien  avant  que    la  montagne  enneigée  du  nord  de  la  
Grèce  ne  devienne  le  séjour  des  Immortels  et  a  continué  de  se  
dérouler  jusqu’à   nous, au Maroc en particulier. Espérons que ce  
fil n’est pas prêt d’être coupé !  
 
Données de base, en grec ancien et en tamazight  
D’un  bout  à  l’autre  de  la  Méditerranée,  en  effet,  à  2700  ans  
d’écart, la pérennité des histoires de feu dérobé, sa vitalité ont de  
quoi  intriguer :  dans  la  littérature  orale  berbère,  le  mythe  
réapparaît    bien  vivant,  scrupuleusement  respectueux  non  
seulement  de  la  structure  originelle  globale  mais  aussi  des  
obscurités, des incertitudes et des incohérences présentes dans les  
premières versions qui nous sont parvenues.   
Au VIIIème  siècle  av.  J-C, c’est  le poète érudit Hésiode,  
originaire  d’Asie Mineure  (Liban,  Syrie,  Turquie  actuels)  qui  le  
premier mentionne, en grec, le nom de celui  qui fera don du feu  
à  l’humanité :  le  géant  Prométhée.  Dans  sa  « Théogonie »,  en  
effet,  où  l’écrivain relate les origines du monde et des divinités,   
le  héros  apparaît  pour  défier  Zeus,  le maître  des  dieux  dont  il  
connaît  la  future déchéance. L’événement   du vol du  feu en  lui-
même  est  relaté    en  deux  vers  et  demi  (v.565à567) ;  dans  son  
autre  poème, « Les  travaux  et  les  jours »,  trois  vers  (v.  50à  52)  
suffisent  à  l’auteur  pour  rappeler  cette  générosité  gratuite  de  
Prométhée envers les mortels.

 

Par  la  suite,    au Vème  siècle  avant  J-C,  à  l’apogée  de  la  
Grèce  classique,  un  poète  tragique,  Eschyle  écrit  une  trilogie  
d’inspiration  philosophique  et  religieuse  sur  le  destin  de  
Prométhée ;  une  seule  de  ses  pièces  nous  est  parvenue :  
« Prométhée  enchaîné ».  En  un  vers  et  demi  (v.  109  et  110),  
l’auteur rappelle la faute de Prométhée qui s’est permis d’apporter  
sur terre le feu de Zeus.  
Le  conte de  tradition orale berbère qui  a  été  recueilli  en  
1931, auprès de M.Ben Ikhlef, professeur au lycée d’Oujda, pour  
le  compte  d’E.Laoust,  appartient  au  patrimoine  culturel  des Aït  
Sadden  du  Moyen  Atlas,  à  l’Est  de  Fez.  Ce  texte,  en  langue  
tamazight  et  écrit  en  caractères  latins,  a  été  publié  avec  un  
ensemble d’autres récits, en 1949, sous  le  titre « Contes berbères  
du Maroc » d’E. Laoust. Dans  l’histoire,  le héros, bien vivant est  
un  homme  intelligent  et  courageux,  représentatif  de  la  
communauté Aït Sadden  qui ira braver Ššitan pour obtenir de lui  
le feu dont il fera don, à son tour, à l’humanité toute entière.  
Deux  contextes,  donc,  radicalement  différents  se  répondent  au-
delà du  temps et de  l’espace :  le premier, antique,  indo-européen  
et polythéiste ; le second, moderne, sémitique et monothéiste.

 

Si la structure  et les non-dits des deux récits imaginaires s’avèrent  
rigoureusement parallèles malgré  les différences de  culture,  c’est  
peut-être parce que    l’élément de base, à  la source de  la création  
mythique a permis à la mémoire fidèle des conteurs de se reposer  
sur cette passerelle concrète, végétale et technologique.  
Le  fil  conducteur,  qui  appartient  à  la  vie  rurale  et  à  l’univers  
quotidien  de  cet  espace  géographique  n’est  d’autre  qu’une  
technique  astucieuse,  très  performante,  le  transport  manuel  du  
feu, connu depuis la préhistoire, réalisé grâce à une plante banale  
et  sauvage,  spécifique  du  pourtour  méditerranéen,  comme l’olivier : la « ferula communis », de son nom savant emprunté au
latin.  

 

La férule : passerelle écologique  
 
Tout  autour  de  la Méditerranées,  en  particulier  dans  les  zones  
argileuses sèches pousse une plante de 2 à 4mètres de haut, de la  
famille  des Apiacées  (autrefois Ombellifères),  comme  le  fenouil  
commun, qui donne,  au printemps   d’abondantes  fleurs  jaunes :  
elle est connue des botanistes sous le nom de «  férule ».



Ce  végétal,  très  courant,  a  la  particularité  d’être  composé  d’une  
tige  qui, une fois séchée devient très dure, pyrophyte, c’est-à-dire  
résistant au feu comme certains bois de raphia des pays tropicaux.  
A  l’intérieur,  se  trouve  une  sorte  de moelle  fibrineuse,  toxique,  
capable  de  s’enflammer  facilement  et  de  brûler  très  lentement  
dans  sa  gaine,  sans  entamer  l’enveloppe  protectrice.  C’est  ainsi  
que  le  feu  peut  être  transporté  facilement,  à  la  main.  Des  
voyageurs  du  XVIIIème  siècle  racontent  avoir  vu  des  marins  
transporter ainsi le feu d’île en île dans la mer Egée. Au XIXème  
siècle,  l’usage  n’est  pas  encore  perdu  dans  certaines  îles  de  l’est  
méditerranéen,  à  Lesbos  en  particulier. Au XXème  siècle,  il  est  
encore connu en Corse où le feu de la Saint Jean (24juin) comme  
la  flamme  nouvelle  des  cérémonies  de  Pâques  sont  transportés  
dans une tige de férule.  


Ce  savoir-faire  daterait  de  la  Préhistoire  comme  le  laissent  
entendre  en  1957,  trois  érudits,  dans  le  « Bulletin  de  la  Société  
Préhistorique Française », émerveillés de  trouver dans  les braises  
des  foyers  néolithiques    de  différents  pays méditerranéens,  des  
vestiges de cette plante.

 

Précisions terminologiques  
 
 
Le nom français vient de  latin « ferula » composé avec  le  
suffixe  –ulus,ula,  sur  un  radical  verbal  extrêmement  
utilisé : »FER »  qui  signifie  « porter » ;  autant  dire  tout  de  suite  
que  pour  un  romain,  ferula  signifie  tout  simplement  « celle  qui  
porte », au féminin.  
En  Berbère,  Tamazight  du  Moyen  Atlas,  on  emploie  
« UFFAL »  pour désigner  la  tige de  férule déjà  séchée,  le  terme  
désignant  la  plante  elle-même  sur  pied  est :  « abubbal »  ;  
« tuffalt »,  la  petite  férule,  désigne  un  petit  ustensile  fabriqué  à  
partir de tiges de férules, destiné à être pendu au mur des cuisines  
pour y ranger les cuillères.


  









16/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 65 autres membres